Tout Savoir sur le Service National Universel (SNU)

Tout Savoir sur le Service National Universel (SNU)

Je suis membre du Groupe de travail sur le service national universel auprès de Gabriel Attal, Secrétaire d’Etat, avec 14 autres députés.

Les enjeux autour du SNU sont nombreux. Nous souhaitons favoriser la participation et l’engagement de chaque jeune dans la vie de la Nation, valoriser la citoyenneté et le sentiment d’appartenance à une communauté rassemblée autour des valeurs de la République, renforcer la cohésion sociale et territoriale.

L’objectif du service national universel est promouvoir la notion d’engagement via un séjour d’intégration obligatoire et une phase d’engagement volontaire.

Ce n’est pas le rétablissement du service militaire suspendu en 1997, mais, un exercice patriotique, un apprentissage citoyen pour une prise de conscience par chaque génération des enjeux de La défense et de la sécurité nationale, et le souhait de renforcer et de valoriser la culture de l’engagement.

Le service national universel est une promesse de campagne du Président de la République.

Un dialogue constructif a été conduit par les membres du groupe projet (présidé par le Général Méanouine), avec l’ensemble des parties prenantes et la volonté de répondre aux aspirations de la jeunesse et aux réalités des territoires.

L’opinion publique y est favorable à 82 % (consultation numérique avec 75 000 répondants) et les 45 895 jeunes sondés adhèrent au projet à 75 % avec un intérêt marqué pour les questions de sécurité, de défense et de protection de l’environnement.

Ce Projet aujourd’hui doit être confronté à la pratique.

C’est pourquoi, une phase de préfiguration sera lancée à partir de juin 2019. Nous ciblons pour cette phase pilote, 2000 à 3000 jeunes volontaires, 13 départements (un par Région / IDF : Val d’oise/ et 1 DOM : la Guyane).

Les appels à candidatures seront faits via une plateforme numérique. Un comité de pilotage sera instauré sous l’égide du Préfet qui sera garant de la représentativité des jeunes du territoire. Tous les jeunes doivent être représentés dans cette phase pilote. (Jeunes scolarisés/décrocheurs scolaires/ Apprentis/ jeunes en situation de handicap…)

Alors, le SNU, concrètement ce sera quoi ?

Tout d’abord, nous prévoyons une journée d’information obligatoire pour toutes les classes de troisième afin d’informer les familles et les jeunes et les préparer au mieux à l’appel.

Puis, se dérouleront deux phases, une obligatoire et l’autre volontaire.

La première phase obligatoire :

Celle-ci sera d’un mois, effectuée durant les vacances scolaires au plus tôt à la fin de la classe de troisième et au plus tard avant l’entrée en première.

Cette phase sera elle-même divisée en deux temps :

1 : une période « d’intégration » de 15 jours en hébergement collectif qui permettra le « brassage social » et le « partage des valeurs de la République »

Ce séjour obligatoire de cohésion de deux semaines se déroulera en internat, en dehors de son département afin de favoriser la mobilité géographique et la mixité sociale.

L’obligation concerne toutes les filles et les garçons, scolarisés ou pas.

Les jeunes devraient bénéficier de 7 modules de formation articulés autour de :

  • L’enseignement des valeurs de la République (salut au drapeau, chant de l’hymne national….)
  • Des travaux sur le projet personnel et professionnel : Bilans de santé, bilans de compétences, alphabétisme électronique, bilans de maîtrise de la langue française.
  • Des apprentissages sur les réflexes sociétaux : gestes pour réagir à un attentat, une catastrophe naturelle, gestes pour préserver l’environnement (formation aux premiers secours)
  • Des modules sur la sécurité, La Défense, le patrimoine, la culture, la protection de l’environnement.

Et des activités en pleine nature : courses d’orientation….

2 : Une période de 15 jours plus « personnalisée » réalisée en petits groupes et pas nécessairement en internat.

Cette période personnalisée sera réalisée dans l’année qui suivra le séjour de cohésion. Ce sera une mission d’intérêt général avec l’objectif d’apprendre à mieux servir l’intérêt général.

Le jeune bénéficiera donc d’un parcours d’accompagnement individualisé réalisé en continue ou en perlé.

Notre objectif est de mieux accompagner les jeunes dans la construction de leur projet personnel et professionnel par la réalisation d’une mission d’intérêt général dans une association, une collectivité territoriale, des organismes publics, des corps en uniforme…

La première phase obligatoire s’achèvera par une cérémonie républicaine présidée par le Préfet.

La deuxième phase non obligatoire :

Cette phase est celle d’un engagement volontaire entre 3 et 12 mois réalisée entre 18 et 30 ans avec pour objectif de mieux valoriser dans le parcours d’un jeune tout engagement volontaire.

Cette période pourra être réalisée dans le cadre des dispositifs de volontariat existants (dont le service civique), et devrait porter au choix sur :

  • la défense et la sécurité́ (engagement volontaire dans les armées, la police, la gendarmerie, les pompiers, la sécurité́ civile) ;
  • l’accompagnement des personnes (âgées, handicapées, illettrées…) ;
  • la préservation du patrimoine ;
  • la protection de l’environnement ;

Cette liste n’est pas exhaustive.

L’analyse de cette phase pilote permettra d’ajuster les modalités de mise en œuvre du SNU en 2020 et 2021 ainsi que les voies et moyens de sa généralisation à l’ensemble d’une classe d’âge. Le dispositif du SNU ciblera à terme 800 000 jeunes par an et devrait permettre également de mieux repérer les décrocheurs scolaires.

Florence Granjus

Députée des Yvelines