Signature du 1er contrat de mobilisation contre les violences sexistes et sexuelles

Signature du 1er contrat de mobilisation contre les violences sexistes et sexuelles

Le 25 novembre 2017, le Président de la République, Emmanuel Macron, décrétait l’égalité entre les femmes et les hommes « Grande cause du quinquennat ».

Le Grenelle contre les violences conjugales, organisé par le Gouvernement français entre le 3 septembre et le 25 novembre 2019, a eu pour objectif de déterminer les mesures à prendre pour combattre toutes les formes de violence conjugale.

Ce Grenelle des violences conjugales a été le fruit d’un travail inédit de concertation avec les principaux acteurs concernés (associations, élus, experts, victimes…) et a permis d’identifier 56 mesures dont 10 mesures d’urgence à mettre en place.

Toutes ces mesures ont été engagées, certaines sont effectives, d’autres sont en cours de réalisation.

Des avancées fortes ont été réalisées pour toutes les femmes qui subissent des violences.

Parmi les avancées concrètes, une évolution du cadre législatif renforçant la protection des victimes et la sanction des auteurs de ces violences, la création d’une infraction d’outrage sexiste, l’allongement du délai de prescription de 20 à 30 ans pour les crimes sexuels sur mineurs, la Mise en place d’un portail de signalement en ligne à destination des victimes de violences sexistes et sexuelles facilitant le dépôt de plainte (novembre 2018), le renforcement de la présence des intervenants sociaux dans les services de police et de gendarmerie, un Grand plan de formation de l’ensemble des professionnels concernés….les bracelets anti rapprochement, la Garantie Visale….. 63 000 policiers et gendarmes supplémentaires ont été formés à la lutte contre les violences conjugales

Notre seule volonté : rester plus que jamais mobilisés et déterminés pour toujours mieux repérer, protéger et accompagner les femmes victimes de violences ainsi que leurs enfants.

Madame Elisabeth Moreno, Ministre déléguée auprès du Premier Ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’égalité des chances l’a très clairement exprimé : « une société se définit à l’aune des combats qu’elle mène ou qu’elle ne mène pas »

La crise de la Covid 19 et les mesures de confinement appliquées ont entrainé une augmentation du nombre de signalements. Face à cela, nous avons renforcé les dispositifs d’alerte, de secours et de signalement : les victimes, les témoins, peuvent appeler le 17 ou le 3919, envoyer des SMS au 114 ou se connecter sur la plateforme dédiée arrêtons les violences.gouv.fr .

« La France ne doit plus être un de ces pays où les femmes ont peur » comme l’a rappelé le Président de la République.

Nous mènerons ce combat parce que nous ne devons jamais oublier que :

Chaque jour en France, 250 femmes sont victimes de viol ou de tentative de viol;

225 000 femmes vivent avec un conjoint violent;

146 femmes ont été assassinées par leur conjoint l’an passé.

L’éducation des violences faites aux femmes est un combat immense et de longue haleine. Nous avons besoin de toutes et de tous pour mener ce combat et je suis très heureuse d’être aujourd’hui parmi vous.

L’investissement des acteurs locaux est primordial et quelle plus belle journée des droits de la femme que la signature de ce contrat à Beynes, dans ma circonscription ?

Alors, je remercie toutes celles et tous ceux qui se sont mobilisés, présents ou absents ce jour et je ne puis que vous féliciter pour votre engagement et votre dévouement.

Ce contrat de mobilisation contre les violences sexistes et sexuelles montre l’investissement de la commune beynoise sur ce douloureux sujet que nul ne peut ou ne doit ignorer.

Beynes a déjà mis en place de nombreuses actions telles que la formation des agents de la commune qui reçoivent du public et/ou travaillent au sein des services scolaires, Enfance et jeunesse

Des actions de sensibilisation aux violences scolaires ont également été conduites…

Je terminerai en saluant et en remerciant la Commune de Beynes pour ce contrat tout comme je remercie les forces de Gendarmerie pour leur travail remarquable.

Et bien sûr, j’ai une pensée émue pour le tissu associatif que je connais bien et je remercie aussi l’association IRIS (Avec l’Opération des taxis pour lutter contre l’isolement des victimes en manque de mobilité dans les zones rurales).

Avant que Monsieur le Préfet, Raphaël Sodini, ne prenne la parole, je souhaite saluer de même la qualité du travail effectué par les tous acteurs de l’État.

Je vous remercie de votre attention et je vous souhaite Mesdames et Messieurs une belle journée de la Femme.

Retrouvez l’article de Presse en cliquant sur ce lien : 78actu