Projet de loi de finances pour 2021

Projet de loi de finances pour 2021

Le projet de loi de finances a été adopté en première lecture à l’Assemblée Nationale 355 voix pour et 202 voix contre. Cette adoption constitue une réponse concrète à la crise sanitaire que nous traversons. Le texte porte un budget de relance ambitieux pour bâtir la France de demain pour qu’elle soit plus solidaire, plus compétitive et plus verte. Ce vote acte la mobilisation massive de 100 milliards d’euros. Les mesures de soutien permettront de limiter les conséquences économiques et sociales de la crise sanitaire.

Le projet de loi de finances accorde une place importante à l’impact environnemental du budget de l’État et à la transition écologique : 

  • hausse du budget pour l’écologie pour un total de 30 milliards d’euros. 
  • décarbonisation de l’industrie.
  • accélération du développement des transports durables.
  • soutien à l’agriculture responsable grâce à 400 millions d’euros pour les agriculteurs fragilisés par la crise.

Le projet de loi de finances porte aussi sur l’augmentation du budget pour la Justice de 8% en 2021, le financement pour la relocalisation des entreprises et la mobilisation de 7,6 milliards d’euros pour le bouclier anti-chômage.

Le texte fixe plusieurs objectifs :

  • renforcement de la compétitivité des entreprises,
  • soutien à l’emploi,
  • garantie de la cohésion sociale et territoriale,
  • meilleure transparence des conséquences environnementales des politiques publiques. 

Le vote traduit également l’importance d’un accompagnement de la transition écologique des filières, d’une mise à niveau numérique des entreprises et de renforcer l’accompagnement des jeunes et les plus précaires. Ces mesures se concrétiseront à travers des aides de l’État pour l’insertion des jeunes, la rentrée scolaire, l’hébergement d’urgence.

En tant que membre de la commission des affaires culturelles et de l’éducation, il est important de souligner le soutien important :

  1. au patrimoine, aux filières culturelles :
  • valorisation des métiers d’art et des savoir-faire d’excellence.
  • reconquête de notre modèle de création et de diffusion artistique.
  • effort budgétaire de 358 millions d’euros pour consolider les filières. culturelles stratégiques lourdement affectées par la crise.
  • soutien de l’industrie musicale.

2. à la recherche et à l’enseignement supérieur : 

  • progression de 600 millions d’euros par rapport à 2020.
  • 224 millions d’euros supplémentaires pour le programme « recherche scientifiques et technologiques pluridisciplinaire ».
  • 247 millions d’euros supplémentaires pour le programme « formations supérieures et recherche universitaire ».

3. au sport, à la jeunesse et à la vie associative :

  • hausse du budget de 6% pour un total de 699 millions d’euros.
  • renforcement massif du service civique avec 100 000 missions supplémentaires.
  • 33 millions d’euros pour le Fonds pour le Développement de la Vie Associative (FDVA).
  • soutien renforcé aux clubs sportifs et aux fédérations avec un budget de près de 200 millions d’euros au sein de l’Agence nationale du Sport.
  • 3,7 millions d’euros destinés à la consolidation du réseau de Maisons Sport-Santé avec l’objectif de 500 structures labellisées d’ici 2022.

4. à l’enseignement scolaire :

  • revalorisation de 400 millions pour les enseignants et l’amélioration de l’attractivité du métier.
  • mise en place de plusieurs dispositifs tels que « Devoirs faits » pour le collège, les internats d’excellence, « Ouvrir l’école aux parents » pour les parents allophones, les cités éducatives.
  • Hausse de 51 millions d’euros pour un total de 860 millions d’euros des bourses et des fonds sociaux pour l’accompagnement des familles les plus défavorisée.
  • Progression de 9% (250 millions d’euros) pour les crédits dédiés à l’école inclusive.
  • Renforcement du travail de la médecine scolaire dans l’accompagnement des élèves malades chroniques.