Plan d’urgence pour la culture – Innover et Protéger

Plan d’urgence pour la culture – Innover et Protéger

Dès le début du confinement, le Ministre de la Culture a engagé un investissement de 22 millions d’euros pour soutenir le monde culturel. 
 
10 millions d’euros pour la musique, 5 millions pour le spectacle, 5 millions pour le livre et 2 millions pour les arts plastiques. 
 
Par ailleurs, les entreprises du secteur – distributeurs, producteurs, exploitants, exportateurs, éditeurs vidéos – touchées par des problèmes de trésorerie pouvant mener à leur fermeture peuvent déjà bénéficier, par anticipation, jusqu’à 30 % de leur compte de soutien au Centre national du cinéma (CNC). 
 
Le monde de la Culture représente :`
 
    • 600 000 emplois en France soit 2,5 % de la population active
    • 2,5 % de l’économie française 
 
L’heure est au soutien sur le long terme, des métiers d’intermittents du spectacle durement touchés par la suspension des événements culturels.
Les mesures d’urgences évoquées ci-dessous visent à protéger les salariés et à trouver de nouveaux modes de diffusion de l’offre culturelle. 
En collaboration avec les Ministères de la Culture, de l’Economie et du Travail, le Président de la République a donné ces orientations : « il faut réinventer de nouvelles formes de rencontres avec le public ».
 
Le monde de la culture doit investir l’espace scolaire et périscolaire qui aura besoin d’un soutien pédagogique innovant pour assurer la reprise de l’école. 
 
Les premières mesures d’urgences qui seront prises pour dynamiser et protéger le monde culturel sont : 
 
    • Le prolongement des droits au chômage des intermittents du spectacle pour 12 mois, soit jusqu’à août 2020 (100 000 artistes et techniciens sont indemnisés chaque année).
    • Un fonds temporaire pour les séries et les tournages qui se voient annulés ou reportés. Au cas par cas, l’Etat pourra indemniser les acteurs de ces chantiers artistiques. 
    • 50 millions d’euros supplémentaires pour le Centre National de la Musique (CNM).
    • La création, en complément, d’ « un fonds festival qui viendra soutenir le monde du festival, et les milliers de festivals qui sont la force de la vitalité de la musique, du théâtre, de la danse, des marionnettes, du cinéma… »
    • La relance des coproductions européennes dès janvier 2021 (assujettir les plateformes aux obligations de financement des œuvres françaises afin d’éviter l’appropriation déloyale de ces dernières par des géants étrangers) 
    • L’éligibilité des artistes auteurs au fonds de solidarité pour TPE et indépendants. (Possibilités de remboursements des loyers, par exemple, pour des artistes qui n’auraient pas pu se rendre en studio ou dans leur atelier à cause du confinement)
    • Le lancement d’un grand programme de commande publique impliquant les jeunes créateurs. Le but est de « les protéger et leur donner la possibilité de créer, de s’exprimer dans leur art et leur sensibilité », a précisé Franck Riester.
 
« La culture a un rôle à part. Le 11 mai, beaucoup de choses vont reprendre en évitant le brassage. On va rouvrir des choses, on doit pouvoir rouvrir musées, librairies, galeries. On doit aussi pouvoir rouvrir les théâtres pour que les gens puissent répéter en respectant les consignes. Les lieux de création doivent revivre, les artistes recréer. Et puis on aura un point fin mai et début juin, on va regarder comment les choses se passent »a déclaré le chef de l’Etat.