Lettre du Premier Ministre aux Organisations Syndicales

Lettre du Premier Ministre aux Organisations Syndicales

Retrouvez le message que le Premier Ministre a adressé aux Députés le 11 Janvier 2020.

“Chers amis,

Comme je m’y étais engagé hier soir, au terme d’une journée d’échanges avec les partenaires sociaux, je leur ai adressé aujourd’hui le courrier que vous trouverez ci-joint. Ce courrier propose un compromis qui repose sur huit points ayant fait l’objet de nombreux échanges avec nos partenaires.

Il s’agit d’un vrai compromis, transparent et solide :

D’un côté, les partenaires sociaux qui soutiennent la mise en place du système universel, notamment la CFDT, l’UNSA et la CFTC, acceptent de participer à une conférence sur l’équilibre et le financement du système de retraite, qui aboutira d’ici fin avril 2020, dans un calendrier compatible avec le projet de loi. A l’été, lors du vote de la loi, les Français connaîtront donc à la fois les mesures construisant le système universel et celles assurant l’équilibre d’ici à 2027 Les partenaires sociaux acceptent également que le futur système comporte un âge d’équilibre, qui sera un des leviers de pilotage collectif du système et une référence individuelle utile pour que les assurés ne partent pas avec des retraites inadaptées. Les travaux en cours permettront de l’adapter encore davantage en fonction de la réalité des carrières.

En contrepartie, pour donner toute sa chance au dialogue social et ne pas préjuger du résultat de la conférence, pour démontrer aussi sa confiance dans les partenaires sociaux, le Gouvernement accepte de retirer du projet de loi la mesure de court terme qu’il avait proposée, consistant à aller progressivement à partir de 2022 à un âge d’équilibre de 64 ans en 2027.

Nous restons dans la logique que j’avais posée au CESE [Conseil Economique, Social et Environnemental] d’une ouverture au dialogue avec les partenaires sociaux, mais en inversant les préalables qui nous empêchaient d’avancer : au lieu de poser une solution, et de donner jusqu’en 2021 aux partenaires sociaux pour en trouver une meilleure, nous créons les conditions pour que les partenaires sociaux trouvent d’eux même une solution dans le calendrier de la loi. Faute de quoi, le Gouvernement prendra ses responsabilités, éclairé bien sûr par les travaux de la conférence.

Tout le monde a donc évolué mais nous restons dans le cadre fixé par le Président de la République : universalité, équité, responsabilité.

C’est sur la base de ce compromis qu’ensemble nous allons désormais construire cette belle réforme au Parlement.

Vous pouvez compter sur mon absolue détermination et ma totale disponibilité.

Haut les cœurs !”

Edouard PHILIPPE