Jeunes et enfants en situation de handicap.

Jeunes et enfants en situation de handicap.

Depuis la loi du 11 février 2005, la prise en charge du handicap dans notre pays agit d’après deux principes : compenser les conséquences du handicap et l’égalité d’accès aux infrastructures de l’espace public. Dans la droite ligne de la dynamique impulsée il y a 15 ans, le CESE se prononce en faveur de nouvelles mesures en faveur d’une meilleure inclusion des jeunes et enfants tout au long de leur parcours scolaire et extra-scolaire. Les lacunes de l’inclusion chez les jeunes entament de très fortes inégalités au sein de cette jeunesse. Elles sont sociales, dans l’accès à l’information, aux services et aux professionnels et professionnelles concernés. Elles sont aussi territoriales, avec de fortes disparités dans les solutions proposées aux enfants, aux jeunes et à leur famille.

Tout en ayant la volonté de préserver l’esprit de l’inclusion et pour passer d’une logique de « prise en charge » à une logique d’accueil, les préconisations du CESE sont les suivantes : 

1.Accompagner les familles sans attendre la stabilisation du diagnostic.

  • Faire du repérage du handicap une priorité et mettre en place un accompagnement plus précoce.
  • Mieux organiser l’annonce du handicap ou de sa suspicion par une information complète sur les troubles et ses évolutions possibles.
  • Créer un portail numérique unique sur l’offre d’accompagnement existante dans chaque département.
  • Impulser l’action en réseau à travers des dispositifs interprofessionnels de formation continue organisés par grandes familles de troubles et par bassin de vie.

2. Le défi du renforcement de la socialisation et de l’inclusion scolaire.

  • Renforcer et élargir drastiquement la formation initiale et continue des enseignantes et enseignants au repérage et à l’accompagnement des enfants en situation de handicap à l’ensemble des membres de la communauté éducatives.
  • Garantir aux accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) une formation initiale et continue qualifiante, une stabilité d’emploi, des perspective de carrière et de rémunération à la hauteur de leurs responsabilités.
  • Le CESE préconise que le nombre d’élèves soit inférieur à 24 dans les classes accueillant un enfant ou un jeune en situation de handicap jusqu’au collège.

Le CESE préconise que les projets éducatifs de territoire comportent un volet spécifique relatif au parcours éducatif des enfants en situation de handicap sur les temps scolaire, péri et extrascolaire et qu’ils prévoient la coordination des actions des différents acteurs et actrices contribuant à la définition et à la mise en œuvre de ce parcours.

3.Adapter en permanence l’accompagnement aux évolutions et aux besoins. 

  • Rendre l’offre ambulatoire et hospitalière plus facilement accessible, via notamment des plateaux techniques partagés.
  • Consolider la place accordée à la qualité de l’accueil et de l’accompagnement dans les démarches d’évaluation des établissements.
  • Renforcer l’accès des enfants en situation de handicap à la prévention et à la promotion de la santé.
  • Simplifier et adapter les prestations avec, dans l’immédiat, un meilleur remboursement de certaines consultations et à plus long terme, la possibilité d’un régime forfaitaire dans le cadre de protocoles élaborés pour chaque type de handicap par la Haute autorité de la santé.